La videoprotection va se développer à Villiers

Publié le 5 Octobre 2010

 

logo_police_nationale.jpg

Parce que là où elle est installée, la videoprotection permet de réduire deux fois plus vite la délinquance, notre commune s'est pleinement engagée dans l'installation de caméras de videoprotection.

 

Elles sont à la fois un instrument de dissuasion et d'élucidation qui, contrairement à ce qu'en dise ces opposants, respecte les libertés individuelles.

 

Le Fonds interministériel de prévention de la délinquance, instauré en 2008, permet aux communes d'être financé à hauteur de 50% par l'Etat;

 

Nous avons déjà bénficier de ce fonds à hauteur de 105 035€ en 2008 et en 2009 à hauteur de 80 000€ pour équiper plusieurs quartiers de la ville.

 

Lors du dernier Conseil municipal, nous avons acter une demande de subvention pour équiper la rue Maurice Dudragne, le stade Octave Lapize, le parking de la Rue Montrichard, le Quartier des luats.

 

 

Rédigé par JA BENISTI

Publié dans #Mairie

Repost 0
Commenter cet article

Guy CHETARD 11/10/2010 10:23


Même si le parisien persiste à nommer, non sans arrière pensée, "vidéosurveillance" ce que l'on doit nommer désormais "vidéoprotection", il faut bien reconnaitre que la délinquance baisse dans les
lieux et dans les villes où sont implantées des caméras. Alors monsieur le Maire, continuez l'implantation de nouveau matériel partout où cela est nécessaire et tant pis si j'apparais furtivement
sur les écrans de contrôle, çela m'est complétement égal.
Une nouvelle pièce au débat a été apportée par un conseiller municipal PS qui n'en rate pas une. Il fait la différence entre surveillance parce que les images sont visionnées en direct (flicage,
quelle horreur !), et protection quand elles sont enregistrées et exploitables beaucoup plus tard. Intéressant. sauf que lorsque des malfaiteurs opèrent cagoulés avec des véhicules volés,
l'opérateur qui voit les images peut appeler immédiatement les services de Police avec des chances d'intervenir efficacement et d'interpeller les auteurs. Lorsque la vidéo est exploitée 24 ou 48
heures plus tard,on a de belles images de voyous impossibles à reconnaitre, (je rappelle aux petits malins qu'ils sont cagoulés), rentrés chez eux depuis longtemps, et dont les voitures ne plus que
des carcasses fumantes. Mais enfin, dans ce cas, d'après notre élu, on est protégé et pas surveillé. Ben tiens !!!


JA BENISTI 11/10/2010 15:21



Vous avez raison Guy, cette distinction n'a pas lieu d'être. La délinquance baisse là où la videoprotection est installée. Nous avons de nombreux exemples de cas où elle a été utile à Villiers
comme partout ailleurs. Et la videosurveillance ne gêne pas lorsque l'on a rien à se reprocher.


Amitiés,


Jacques Alain BENISTI