Le Président de la République toujours au centre de l'Europe

Publié le 16 Mai 2010

Lagarde_ministre_economie.jpg

 

Une fois de plus, je suis fier d'être Français. Grâce à l'action de Nicolas SARKOZY et de Christine LAGARDE, l'Europe a démontré qu'elle souhaitait maintenir le système monétaire européen  unique qui était menacé par la situation en Grèce.

 

La France prendra toute sa part à cet effort de solidarité. Les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé à l'unanimité, dimanche 2 mai, un plan d'aide massif à la Grèce. Ce plan prévoit le versement d'au plus 110 milliards d'euros sur 3 ans, dont 80 milliards d'euros à la charge des Etats membres de l'Eurogroupe. Le reste incombant au FMI.

 

Ce plan exceptionnel, c'est la réponse de l'Europe à la situation exceptionnelle que traverse actuellement la Grèce qui ne parvient plus à emprunter sur les marchés pour se financer.

 

C'est également un signal très fort adressé aux marchés pour leur indiquer qu'il n'y a pas de spéculation à faire sur la Grèce et qu'il faut laisser ce pays se redresser.

 

La France prendra toute sa part à cet effort de solidarité. Au total sur 3 ans, notre pays va contribuer à ce plan d'aide à hauteur maximale de 16,8 Mds€. P

 

arce qu'il faut aller vite pour que la Grèce soit en mesure de faire face à ces prochaines échéances, Christine LAGARDE et François BAROIN ont présenté le 21 avril un projet de loi de finances rectificative pour 2010 qui permet à la France de prêter 3,9 Mds€, pour la première année. Cette solidarité n'exclut en aucun cas l'exigence : la Grèce a pris des engagements fermes pour redresser la situation de ses finances publiques et réduire son déficit public à 3% dès 2014.

 

Nous veillerons scrupuleusement à ce que ces engagements soient tenus.

Rédigé par JA BENISTI

Publié dans #Assemblée nationale

Repost 0
Commenter cet article