Meeting de Nicolas SARKOZY lors de la fête du Travail

Publié le 1 Mai 2012

Ce 1er mai, Nicolas SARKOZY a appelé le peuple de France à se réunir sur la place du Trocadéro. 200 000 personnes ont répondu présentes à quelques jours du deuxième tour de l'élection.

 

De nombreux élus se sont, d’abord, succédés à la tribune : Jean-Christophe Lagarde qui a rappelé que le centre est un allié traditionnel de la droite, Nadine Morano qui a rendu un vibrant hommage à sa Lorraine natale, François Zochetto, le Président du groupe centriste au Sénat qui avait voté pour François Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle et qui a invité ce mardi tous les centristes à soutenir le Président de la République au second tour. Jean-Pierre Raffarin a, à leur suite, défendu les valeurs humanistes dont la France est l’héritière, avant que Jean-François Copé ne loue la responsabilité au cœur du projet de la France forte, et ne condamne l’obsession de la gauche de dénigrer inlassablement Nicolas Sarkozy. « La pêche à l’anguille est ouverte » a-t-il lancé à la foule avant de quitter la tribune, ironisant sur l’incapacité - ou le refus – du candidat socialiste d’afficher des positions claires pour ne surtout pas prendre de risques et rester dans le confort des pronostics.
 
François Fillon clôture le bal en rappelant que « le travail est une valeur d'émancipation, de respect, de liberté. (...) Le travail donne la dignité » assure-t-il avant de rappeler la défiscalisation des heures supplémentaires qui bénéficient aujourd’hui à plus de 9 millions de salariés et que le candidat socialiste veut supprimer…
A peine l’intervention de François Fillon achevée, la musique retentie dans toute la place annonçant l’arrivée imminente de celui que tout le monde attend et qui traverse la foule, avant de monter sur scène.
 
Dans un discours truffé de références historiques, chargé d’émotion et de conviction, Nicolas Sarkozy est venu parler de sa vision de la France.
Sur le parvis des droits de l’homme, avec, en arrière-plan, la Tour Eiffel, il a défendu l’une des valeurs cardinales qui fonde son projet de société : le travail et a engagé chacun à se tourner vers l’avenir. Cet avenir « nous avons commencé à le préparer. Nous avons fait des réformes qui attendaient depuis si longtemps d’être accomplies. Maintenant, cet avenir nous devons le construire » a-t-il assuré devant une marée de drapeaux tricolores.

Cet avenir, en ce 1er mai, Nicolas Sarkozy a proposé de le bâtir sur un « nouveau modèle français », un modèle fondé sur le travail, le mérite, l’effort, la responsabilité et sur la force de l’héritage reçu de nos parents et de nos grands-parents. Cet héritage est pour lui « comme un trésor » : « la réconciliation Franco-allemande, la paix en Europe, des territoires où se dressent partout des cathédrales et des églises, des valeurs, un art de vivre, une éducation ». « Cet héritage nous n’y renoncerons jamais » a-t-il martelé. « Nous sommes la France. C’est tout le sens de mon projet ».


Ce projet, Nicolas Sarkozy veut l’accomplir « avec tous ceux qui travaillent, avec tous ceux qui ont travaillé toute leur vie et qui connaissent la valeur du travail ».
Loin « de la jalousie, de l’amertume qui conduisent toujours à rabaisser celui qui s’élève », loin de « la fermeture, du repliement sur soi et de la frilosité », le Président de la République a dessiné les contours de la France forte de demain : « Ce que je vous propose, ce sont des frontières qui nous protègent pour ne plus subir et pour agir. Ce que je vous propose, c’est le contraire du laissez-faire, de l’abandon qui nous ont conduits à toutes les crises que nous avons connues depuis quatre ans. Ce que je vous propose, c’est de refonder la République du mérite, celle de Jules Ferry et du Général De Gaulle ».

Ce projet avec Nicolas Sarkozy est celui d’une grande nation française rassemblée, fière de ses valeurs et de son identité. Une nation qui conserve la maîtrise de son destin et l’ambition de grands projets.

 
Retrouvez son discours en regardant cette vidéo :

Rédigé par JA BENISTI

Publié dans #Assemblée nationale

Repost 0
Commenter cet article