Mon intervention en Commission des lois sur les drogues

Publié le 24 Octobre 2010

QA_MAM_JAB.jpg

 

Dans le cadre de l'audition de M. Étienne Apaire, président de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, je suis intervenu en Commission des lois.

 

Retrouvez ci-dessous l'extrait de mon intervention.

 

Dans le cadre de la mission que m’a confiée le Premier ministre sur la prévention de la délinquance, je parcours actuellement la France et ses quartiers sensibles.

Il convient de considérer que les drogues dures ou les drogues douces n’ont pas les mêmes effets en terme de dépendance.

En tout état de cause, selon l’Observatoire national de délinquance, 92 % des délinquants seraient toxicomanes, que ce soit avec le cannabis ou des drogues dures. Mais pour se procurer des drogues dures, ils sont obligés de commettre des délits. Selon les médecins, ils doivent attendre un déclic psychologique pour entrer dans un processus de sevrage, qui peut durer trois ans, ce qui signifie qu’ils commettront environ un millier de délits, s’ils en commettent un par jour. Aussi je préconise des mesures d’enfermement pour les toxicomanes consommateurs de drogues dures pour les sauver, eux et leurs victimes potentielles.

En ce qui concerne les trafics, il existe bien une économie –parallèle, plus que souterraine – dans les cités sensibles, où des jeunes déscolarisés sont recrutés pour faire le guet. Cependant, la dépénalisation ou la mise en place de « salles de shoot » restent des illusions.

Il convient à l’évidence de combattre les causes de la toxicomanie ; je compte faire des propositions à ce sujet, afin d’éviter que certains jeunes ne s’engagent dans la drogue et la délinquance et ne deviennent de véritables épaves.

Rédigé par JA BENISTI

Publié dans #Assemblée nationale

Repost 0
Commenter cet article