Présidence française de l'UE : le PS pris la main dans le sac!

Publié le 28 Octobre 2009

  A la suite du rapport de la Cour des Comptes sur la présidence française de l'Union Européenne en 2008, mon collègue PS à l'Assemblée René DOSIERE s'est une nouvelle fois fourvoyé en manipulant, déformant, tronquant les propos des Sages. Il a naturellement été suivi par l'ensemble de l'opposition  qui n'a pas cherché à vérifier ces "informations", trop heureuse qu'elle était de critiquer une fois de plus l'action de notre Président, Nicolas SARKOZY.

En préambule il faut rappeler que le coût de cette Présidence est inférieur aux sommes engagées par les allemands un an auparavant et surtout, inférieur aux prévisions d'origine (151 millions au lieu des 189 millions prévus soit 38 millions d'euros d'économie comme l'a annoncé Eric WOERTH sur RMC) alors même que l'actualité (crise financière, crise géorgienne, Union pour la Méditérranée, Plan Climat...) exigeait un déploiement important de moyens, notamment l'organisation de nombreux déplacements et réunions.

M. Dosière a dénoncé les "dépenses incroyables, insupportables et inacceptables" de la présidence française de l'UE, pointant du doigt le sommet de Paris pour l'Union de la Méditerranée avec "un dîner des chefs d'Etat pour un coût de 1.010.256 euros, soit 5.050 euros par personne" ou l'installation "d'une douche à l'usage du président, pour un prix de 245.772 euros".

Le coût du sommet de Paris pour l'Union de la Méditerranée souligne avant tout le manque d'un centre de conférences international en France, qui oblige à mettre en place des structures importantes et coûteuses.

Aucun repas n'a coûté plus de 5 000 euros par personne ; c'est en globalisant le coût d'aménagement du lieu qui a servi au Sommet, que René Dosière arrive à cette somme.

Le coût de la douche résulte d'un amalgame grossier, celui-ci correspondant en réalité à l'aménagement de 8 salles destinées à abriter des entretiens bilatéraux avec cabinet de toilettes pour accueillir 44 chefs d'Etat et de Gouvernement et 2000 journalistes.

 

L'Allemagne a dépensé davantage que la France pour assurer la présidence tournante de l'UE durant six mois, et le coût par habitant est moindre pour la France que dans la plupart des autres pays. Le budget de la présidence de l'UE a représenté 2,40 euros par Français et 6,70 euros par habitant au Portugal.

Une fois de plus les socialistes, et plus largement l'ensemble de l'opposition, ont montré au pays de quoi ils sont malheureusement capables. Faute de pouvoir formuler de spropositions concrètes pour notre pays, les voici réduits  à truquer les chiffres, à extraire des bouts de phrase de leur contexte et finalement nos seulement à mentir aux français mais aussi à les prendre pour des imbéciles. La calomnie est devenue la nouvelle arme du PS, faute de mieux alors que de son coté Nicolas SARKOZY peut s'enorgueillir d'un bilan exceptionnel à la tête de l'Union, reconnu par une très large majorité de français, de droite comme de gauche, qui ne se laisse pas duper par ces pratiques d'un autre âge.

Et puis, ce nouvel épisode de désinformation renforce ma détermination à vouloit mettre en place une véritable charte de déontologie pour les journalistes qui ne diffusent la plupart du temps que des informations "croustillantes", tombant dans le "sensationnalisme" sans donner la parole à ceux qui sont injustement attaqués et assènent aux français des "informations" censées représenter la vérité absolue contre laquelle toute tentative d'explication est vaine une fois que la calomnie est distillée à longueur de journée dans l'esprit des français.

Calomniez, calomniez..il en restera toujours quelque chose! Mais ce comportement est totalement irresponsable. Il accentue le fossé entre les français et leur classe politique (tous bords confondus), crée un sentiment de défiance profond et contribue à fissurer notre seociété qui perd ainsi un repère important, qu'elle ne respecte plus et c'est ainsi que nous voyons se faire jour des contestations de plus en plus violentes, sur tous les sujets, où tout est prétexte à contester les mesures prises alors que notre pays doit continuer son entreprise réformatrice engagée depuis 2007.


Rédigé par JA BENISTI

Publié dans #Assemblée nationale

Repost 0
Commenter cet article